Aller au contenu principal

Thèmes de recherche

L'histoire du LMA à "Salon-de-Provence"

A la fin des années 50, sous l’impulsion du Professeur BOURRET, Chirurgien chef à l’hôpital de Salon-de-Provence, une nouvelle forme de prise en charge de l’accidenté de la route en médicalisant l’intervention sur les lieux de l’accident est initiée. Une première expérimentation pour « transporter l’hôpital sur les lieux de l’accident » est alors menée et a donné naissance aux premiers véhicules SMUR puis SAMU.

Mais cette expérience du terrain montre également qu’au-delà de l’amélioration des soins aux blessés, beaucoup d’accidents pouvaient être évités ou être moins graves par une amélioration des véhicules, de la route ou une meilleure connaissance du comportement du conducteur. Il est alors apparu nécessaire de comprendre la genèse et le déroulement des accidents pour mettre en place des actions préventives efficaces. C’est ainsi que s’est mis en place, au milieu des années 70 au sein de l’hôpital de Salon-de-Provence sous l’impulsion d’un groupe de chercheurs de l’Organisme National de Sécurité Routière (ONSER), « l’enquête bi-disciplinaire sur les accidents de la route » composés de médecins et d’ingénieurs.

Cette enquête bi-disciplinaire évoluera à Salon-de-Provence en 1980 par la création d’une équipe plus élargie de spécialistes (ingénieurs mécanicien, ingénieurs génie civil, psychologues, techniciens…) qui donnera naissance aux premières Etudes Détaillées d’Accidents et en 1985 au Laboratoire Mécanismes d’Accidents.

 

 

Le LMA est localisé à Salon-de-Provence, implantation locale, où s'est développée une nouvelle approche de la prise en charge des blessés avec la mise en place des premiers services d'intervention d'urgence français sur les lieux d'accident.

Le laboratoire développe unecompétence scientifique sur les mécanismes générateurs d’accidents, qui permet de dégager des connaissances sur les effets des systèmes complexes sur la sécurité des déplacements et de définir des pistes d’actions intégrées et adaptées pour la prévention des accidents (sécurité dite primaire).

La réflexion scientifique structurante au LMA se caractérise par :

Une analyse clinique des mécanismes d’accidents et des dysfonctionnements routiers. L’activité du laboratoire est de générer une meilleure connaissance sur les circonstances des accidents de la circulation, leur déroulement, l’enchaînement des faits et leurs déterminants. Cette approche a nécessité l’analyse approfondie de cas d’accidents, à partir d’un recueil d’informations réalisé sur la scène des accidents, en même temps que l’intervention des secours et des forces de l’ordre (Les études détaillés d’accidents – EDA-). L’étude de l’accident de la circulation repose sur une analyse clinique et compréhensive qui aborde le déplacement dans sa globalité et sa complexité. Ainsi, la recherche menée au LMA sur l’accident est complémentaire des approches statistiques et épidémiologiques menées dans d’autres unités de recherche. D’autre part, le LMA s’attache au dysfonctionnement, alors que d’autres unités de recherche vont étudier le fonctionnement normal de conduite.

Une recherche qui investit les facteurs directs et indirects de l’accident, en mobilisant des approches systémiques à deux niveaux.L’analyse clinique de l’accident met en évidence son caractère plurifactoriel, qui fait entrer en jeu trois composantes : l’usager (facteur humain), le véhicule (le mode de déplacement) et l’environnement (le cadre physique dans lequel s’effectue le déplacement, les caractéristiques de la voie, la configuration des lieux). Ainsi, l’analyse de la genèse de l’accident est basée sur la description d’un système Humain, Véhicule ; Environnement (HVE), en insistant sur leurs interactions lors du déroulement de l’accident. Les déterminants intervenant dans le processus d’accident sont mis en regard avec les facteurs situés très en amont du choc, par une approche systémique élargie. Ici des ouvertures vers d’autres domaines, des collaborations avec d’autres équipes et laboratoires ont permis d’étudier un système sociotechnique de déplacements appréhendé à un niveau plus général et sur différents aspects.

Des travaux interdisciplinaires et des ancrages dans plusieurs disciplines. L’originalité scientifique du laboratoire est de réussir à faire travailler des chercheurs de disciplines différentes qui n’ont par conséquent pas les mêmes concepts, méthodologies et références. Cette pluridisciplinarité permet des investigations complémentaires et croisées sur les trois composants du système H-V-E, et est le gage de résultats uniques sur l’étude de l’accidentologie et de l’insécurité routière. Le laboratoire a la spécificité de regrouper des chercheurs qui couvrent à la fois une compétence disciplinaire et une compétence sécurité routière.

Une recherche finalisée sur des enjeux sociétaux majeurs en termes de sécurité et de santé publique. Depuis sa création, le LMA développe des recherches à dimension applicative, réalise de l’expertise et contribue à éclairer les politiques publiques de sécurité, notamment dans le champ de la sécurité primaire, qui vise à éviter la survenue des accidents.